Sœur Tecla, modèle de vie pour chaque Fille de Saint-Paul

« J’aimerais que vous soyez comme la Prima Maestra1 ! »

C’est par des paroles pleines d’affection et de gratitude que le père Alberione reconnaissait le rôle de sœur Tecla dans l’histoire de la congrégation des Filles de Saint-Paul.

La Prima Maestra, toujours obéissante

« Si dans la congrégation les sœurs vivent dans l’obéissance, c’est grâce à la Prima Maestra, car elle fut toujours obéissante. Et si la personne ayant un rôle particulier obéit selon sa fonction, elle obtiendra que ceux et celles qui dépendent d’elle obéissent aussi. » (23 septembre 1963)

Un programme de vie

« Aujourd’hui, fête liturgique de sainte Thècle, l’Église nous invite à la joie: nous célébrons cette sainte en tant que première femme martyre, la première martyre du christianisme (saint Étienne, lui, fur le premier homme martyr). Une invitation à la joie, certes, car ce nom est un programme de vie : mais la Prima Maestra elle-même est aussi tout un programme de vie. Si nous étions aussi humbles et pieuses qu’elle, nous connaîtrions une grande paix intérieure et extérieure et ce, même devant les difficultés qui ne manquent jamais – au contraire, elles augmenteront […]. Les difficultés augmentent avec l’âge, mais aussi parce que nous nous y exposons, ou nous les « méritons »… car Dieu charge les épaules de qui est capable de les porter, et par là de se sanctifier.

La piété de la Prima Maestra est connue, non pas à cause de la quantité des prières ou de la fidélité aux pratiques de piété, mais grâce à la qualité qui distingue sa prière. »
(23 septembre 1960, jour de la fête liturgique de sainte Thècle)

15 settembre 1960

« Il faut que la neuvaine préparatoire à la fête de sainte Thècle engage toute notre vie : des pensées justes, humbles ; des sentiments justes, humbles; un apostolat juste, humble ; des relations réciproques justes, humbles. L’humilité sera toujours la source de la grâce pour vous-mêmes et pour l’institut. En cela, la Prima Maestra vous donne l’exemple, et cet exemple toutes, sans exception, peuvent le suivre. Elle a toujours donné l’exemple depuis le début de la congrégation. Son attitude a toujours été simple, humble, profondément recueillie.

Un jour, la voyant passer, le chanoine Chiesa remarqua : “Voici une âme de prédilection!” Pourtant, il ne la connaissait pas encore, comme il la connaîtra plus tard. Sœur [M. Domenica] Mazzarello2 a été canonisée ; elle n’était pas instruite, cependant, elle a très bien guidé son institut. La sagesse ne dépend pas de nos divagations, mais de la grâce de l’Esprit Saint. Vous devez tout à la Prima Maestra, moi aussi je lui dois beaucoup, car elle m’a éclairé et orienté dans des situations et des évènements joyeux ou pénibles. Lorsque des difficultés entravaient le chemin, elle a été de grand réconfort. Vous êtes d’abord religieuses et pauliniennes. La Prima Maestra était éclairée par Dieu; lorsqu’il fallait choisir des sœurs pour les divers services, elle faisait preuve d’un esprit tellement éclairé que parfois j’en étais moi-même émerveillé […]

Je désire que vous soyez comme la Prima Maestra, toutes! Rien sans elle, tout avec elle. Je n’aime pas beaucoup les fêtes bruyantes, ni les lettres de circonstance, ni les chants particuliers… Je préfère la pratique des vertus et l’imitation de la personne que l’on fête. Suivre humblement et docilement la Prima Maestra ; exécuter avec des sentiments d’affection ce qu’elle dit; ne pas opposer de résistance à sa volonté ; l’aider par votre prière ; voir à ce qu’elle n’ait pas à porter péniblement le poids de ses responsabilités. »

Lors du jubilé de son ordination sacerdotale (1957), en remerciant les Filles de Saint-Paul, le Fondateur affirmait :

« J’ai prié pour vous ; je sais que partout vous suivez [l’exemple de] la Prima Maestra, et ça c’est tout ! Là se trouve, en effet, la voie de la sanctification et de l’apostolat. Et après ? [Nous serons] tous réunis au Paradis ! À chacune ma bénédiction. » (CVV 238)

Après la mort de Maestra Tecla, le père Alberione [lors de méditations] a parlé abondamment de sa sainteté, de son rôle dans la congrégation et dans la Famille Paulinienne. Voici quelques citations :

« Conserver le saint héritage qu’elle vous a laissé, sans jamais oublier que vous aurez d’autres supérieures générales, mais [vous n’aurez qu’] une seule mère, car vraiment elle est mère celle qui a transmis la vie spirituelle et la vocation telle qu’elle l’a découverte, vécue, sanctifiée… Qui a “donné forme” à tout ? La Prima Maestra, et donc il convient qu’on l’appelle mère et en même temps maestra. L’héritage qu’elle vous a laissé est précieux. Bien sûr, si un fils reçoit de son père un héritage considérable et le fait fructifier, c’est mieux ; faites [donc] fructifier l’héritage reçu, car l’institut doit se développer sans cesse. Ne jamais s’arrêter ! » (29 mars 1964)

Après le décès de sœur Tecla, lors du chapitre célébré pour élire une nouvelle supérieure générale, le Fondateur déclarait :

« Le [nouveau] gouvernement devra aller de l’avant, mais en s’appliquant toujours davantage aux aspects particuliers ; car la Prima Maestra avait des facultés spéciales, de plus, elle avait une vision très large de l’ensemble, tandis que maintenant vous aurez un gouvernement régulier. Celui de la Prima Maestra fut un gouvernement extraordinairement éclairé – car il y a eu une lumière particulière pour l’institut –; actuellement, cependant, des distinctions s’imposent. La Prima Maestra pouvait tout porter, tout assumer personnellement ; maintenant, chaque membre du gouvernement, doit assumer sa part. […] S’assurer que l’institut continue à cheminer comme la Prima Maestra l’a guidé par son activité.

Il faut considérer, cependant, que la sœur qui la remplace n’a plus toutes les grâces qu’elle seule avait, puisqu’elle était aussi la mère, [alors que] celles qui lui succèderont ne le seront pas3. »

Mère des Filles de Saint-Paul et de la Famille paulinienne

Ariccia, 5 avrile 1964

« [Sœur Tecla] a laissé de nombreux exemples, entre autre le suivant : avec son grand cœur, elle a aidé constamment les institutions des Disciples du Divin Maître, des Sœurs de Jésus Bon Pasteur (Pastourelles), des Sœurs de Marie-Reine-des-Apôtres (Apostolines) ; elle a préparé l’habit religieux pour ces dernières; de ses mains et dans les plus petits détails, elle l’a fait et refait jusqu’à ce qu’on le trouve adapté et convenable. Elle a aidé aussi l’institut de Marie de l’Annonciation (Annonciatines). Tout cela révèle son grand cœur, sa grande charité. Aucune forme d’égoïsme en elle, ni de jalousie, au contraire! Elle se réjouissait de tout bon résultat qu’elle observait dans les diverses congrégations de la Famille Paulinienne4.

 


1 Prima Maestra, titre donné par le Fondateur à la première Supérieure générale de l’institut.
2 Fondatrice des Sœurs Salésiennes de Don Bosco.
3 Transcription de l’enregistrement d’une méditation donnée lors de la retraite pour le 2e chapitre général «extraordinaire» (1964).
4 Procès verbaux des réunions tenues lors du 2e chapitre général extraordinaire des Filles de Saint-Paul.