Pourquoi le titre de «Cofondatrice» des FSP…

«Cofondatrice» : tel est le titre que l’on utilise depuis le chapitre spécial (1969) pour définir la Prima Maestra (cf. Documents Capitulaires, Constitutions, etc.) et c’est le titre officiel utilisé dans la cause de béatification depuis 1967. Le père Alberione était encore vivant lorsque le père Stefano Lamera, postulateur général, écrivait :

Maestra Tecla fut non seulement la Supérieure générale et la Cofondatrice des Filles de Saint-Paul, mais elle fut une vraie mère pour chacune de ses Filles et pour toute la Famille Paulinienne.

En effet par ses conseils, sa prière, son œuvre elle aida : les prêtres, les séminaristes et les élèves de la Société Saint-Paul, et elle fut surtout très proche des sœurs Disciples à leur débuts difficiles et durant les premières années de leur développement. Elle fit de même pour les sœurs de Jésus Bon Pasteur, les sœurs de la Reine des Apôtres et les Instituts séculiers pauliniens. Toutes les congrégations pauliniennes lui doivent une immense reconnaissance parce qu’elle les porta toutes dans son grand cœur de mère, elle se sacrifia pour chacune, sans jamais calculer le don d’elle-même[1].

Les Actes du procès de béatification confirment la légitimité de ce titre. Mieux, dans la Positio super virtutibus de 1988, le rapporteur de la cause conteste les affirmations d’une Fille de Saint-Paul pour qui Maestra Tecla ne pouvait être dénommée Cofondatrice :

Cofondatrice (cf. Encyclopédie Catholique) c’est la personne qui a eu une part importante dans l’exécution de ce que le Fondateur a accompli. La Prima Maestra Tecla a exercé ce rôle important dès le début : elle collabora substantiellement avec le Fondateur à la formation des religieuses, durant le développement de la Congrégation, dans la préparation des Constitutions et dans chacun des actes de cette même Constitution, de 1922 à 1964.

Durant le congrès pour l’examen de l’héroïcité de ses vertus, tous les théologiens se référaient à elle en tant que Cofondatrice et, en résumant les interventions, le rélateur général la définit ainsi :

Une grande dame, une parfaite religieuse, une Cofondatrice éclairée, ouverte aux nécessités d’aujourd’hui, mais humble et fidèle exécutrice de la volonté divine, qui durant sa vie a cherchée toujours et seulement de répandre la gloire du Seigneur et de gagner les âmes au bien.

Au chapitre spécial

Les participantes au chapitre spécial qui, pour la plupart, avaient partagé avec elle les débuts de la Congrégation, affirmaient :

La Prima Maestra a été une exécutrice très fidèle d’une partie assez importante de ce que le Fondateur a pensé pour les FSP. Nous, Filles de Saint-Paul, qui avons vécu avec la Prima Maestra, nous pouvons témoigner qu’elle fut une exécutrice très fidèle. Au début on ne voyait pas clair; l’Église n’avait pas encore donné son imprimatur à la Congrégation, et les moyens de communication sociale n’étaient pas considérés comme aujourd’hui, après Vatican II. Ce n’était donc pas facile d’exécuter ce que le Fondateur concevait. Pourtant la Prima Maestra exécutait, non pas aveuglement mais intelligemment, en s’efforçant de commencer les initiatives qui venaient de la pensée du Premier Maître. Par conséquent, avec une certaine assurance, on peut donner à la Prima Maestra Tecla le titre de Cofondatrice des Filles de Saint-Paul (proposition adoptée à l’unanimité : 80 oui).

En des nombreuses occasions, le père Alberione mettait en évidence le rôle de Maestra Tecla. Le 11 janvier 1925, lors d’une réunion de conseil, il clarifiait : «Le Théologien était le directeur, au début de la maison, maintenant il en est le conseiller, et ce qu’on lui demande il faut que la Maestra [Tecla] le sache aussi.»

À l’occasion de son cinquantième anniversaire d’ordination sacerdotale, il affirmait : «J’ai prié pour vous toutes ; je sais que partout vous suivez la Prima Maestra, et cela est tout. C’est en effet la voie de la sanctification et de l'apostolat. Ensuite, nous serons tous réunis au paradis.»

 

« De grandes choses… accomplies dans le style de Dieu»

Le témoignage de sr Assunta Bassi, qui a vécu presque quarante ans avec Maestra Tecla, est riche de sens :

Durant 48 ans La Prima Maestra Tecla a guidé la Congrégation, elle a réussi a resserrer les liens des membres et des communautés entre elles grâce à un grand sens d’appartenance. Elle a été l’âme de l’organisation et de l’apostolat. Elle a laissé toute liberté de manœuvre pour le progrès des initiatives, mais elle restait vigilante et, si nécessaire, elle rappelait les principes essentiels. Un mot pour définir sa vie : fidélité. Femme fidèle à Dieu et à sa vocation. Spontanément et simplement, elle a laissé Dieu opérer en elle de grandes choses. De grandes choses que nous avons vues sans nous rendre compte qu’elles étaient grandes, parce qu’elles étaient réalisées dans le style de Dieu.


[1] Romana, Canonizationis Servæ Dei Thecla Merlo, Rome 1967.