Chronologie de sa vie

Enfance, adolescence et vocation

1894 - 1915

  • 20 février 1894
    Maria Teresa Merlo naît à Castagnito (Cuneo, Italie), seconde fille des quatre enfants d’Ettore Merlo et de Vincenza Rolando.

  • 22 février 1894
    Elle reçoit le baptême dans l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, à Castagnito, des mains de Don Pietro Palladino, curé. Leone Merlo est son parrain et Margherita Rava Rolando, sa marraine.
  • 1901-1903
    À Castagnito elle fréquente les trois premières années de l’école élémentaire. Puisque les deux autres années ne se donnent pas au village, elle complétera le cours élémentaire par deux cours privés, sous la direction d’une enseignante, madame Maria Chiarla.
  • 23 avril 1902
    À l’église paroissiale du village, Teresa reçoit la première communion.
  • 29 septembre 1907
    À la même église, elle reçoit le sacrement de la confirmation conféré par Mgr Giuseppe Francesco Re (1848-1933), évêque du diocèse d’Alba. La marraine est madame Carolina Zocca Barbero.
  • 1908-1911 (circa)
    Elle suit des cours de couture et de broderie à Alba, auprès de « La Retraite de la Providence », dirigée par les sœurs de Sainte-Anne. Plus tard, ses parents l’envoient à Turin se perfectionner dans ce domaine.
  • 19 mars 1912
    De Suse, elle écrit à ses parents. Il n’existe aucun indice d’un précédent séjour de Teresa en cette ville.
  • 1912 (circa)
    À Castagnito, dans la maison paternelle, Teresa ouvre un petit laboratoire où elle accueille des jeunes filles désireuses d’apprendre à coudre et à broder. Elle a aussi à cœur leur formation à la prière.
  • 15 juin 1915
    Don Alberione ouvre un « Laboratoire féminin » à Alba, au n. 2 de Place Cherasca, dans le local laissé libre par les garçons de la « Scuola tipografica » [École typographique] qui le 5 mai ont déménagé à Moncarretto. Cet acte marque la date de naissance des Filles de Saint-Paul. Mademoiselle Angela Boffi est la première à adhérer à l’initiative.
  • 27 juin 1915
    À Alba, dans la sacristie de l’église paroissiale des Saints-Côme-et-Damien, Teresa rencontre le père Alberione qui lui parle de son projet… En 1961 elle écrira : « Maman qui m’accompagnait [à cette rencontre] me permit de demeurer [avec les jeunes filles] pour quinze jours. Les quinze jours ne sont pas encore finis ! »

Les débuts des Filles de Saint-Paul

1915-1922

  • 29 juin 1915
    Décidée à partager le projet du père Alberione, Teresa déménage définitivement à Alba, hôte pour quelques temps de Angela Boffi. De cette première compagne, en 1923 elle écrira : « Ce jour-là nous avons échangé longtemps ensemble, nous nous sommes comprises et accordées, et nous avons commencé à nous aimer comme de vraies sœurs. » Dans le partage des tâches, Teresa s’occupera du « Laboratoire féminin » et aussi, quelques mois plus tard, d’une boutique de livres et d’objets religieux.
  • Automne 1915
    Le Laboratoire ainsi que l’habitation sont déménagés au no 5 de la rue Accademia.
  • 15 septembre 1915
    Clelia Calliano se joint au groupe : elle est le troisième membre de la petite communauté.
  • Août 1915-1918
    Teresa et ses compagnes fréquentent la « Ligue catéchistique » de la paroisse des Saints-Côme-et-Damien d’Alba : elles suivent aussi les cours de religion organisés par le chanoine Francesco Chiesa (1874-1946) pour les catéchistes. De plus, Teresa enseigne le catéchisme. Avec tout le groupe elle fait les Exercices spirituels annuels et les recollections mensuelles. À partir de 1916, c’est le père Alberione qui donne les Exercices spirituels.
  • 29 juin 1916
    Devant le père Alberione, Teresa émet les vœux religieux privés et temporaires.
  • 6 août 1916
    Elle passe l’examen écrit du cours de religion pour catéchistes.
  • 12 novembre 1916
    Elle fait partie de l’équipe des enseignantes de catéchisme de la paroisse des Saints-Côme-et-Damien, rôle qu’elle exercera jusqu’à la fin de 1918, lors de son départ pour Suse.
  • 13 mars 1917
    Une jeune fille de 13 ans, Emilia Bianco, se joint au groupe en tant qu’aspirante. Plus tard, elle prendra le nom de Maestra Clelia.
  • 15 octobre 1918
    Le père Alberione et Mgr Giuseppe Castelli, évêque de Suse, se rencontrent; il s’agit de relancer l’hebdomadaire diocésain La Valsusa.
  • 22 octobre 1918
    Clelia Calliano meurt en offrant sa vie pour « la bonne presse » et pour la future congrégation des Filles de Saint-Paul.
  • 27 octobre 1918
    Teresa soutient l’examen oral de religion auprès de l’école pour catéchistes.
  • 18 décembre 1918
    Elle part pour Suse (Turin) avec trois adolescentes : Emilia Bianco, Mariuccia Prinotti, Caterina Petean. Angela Boffi, responsable de la communauté, les a précédées de deux jours, accompagnée par le Paulinien Bartolomeo Marcellino. À Suse, Teresa assume le rôle d’assistante. En 1961, elle écrira : « Le Théologien nous a dit : “Allez-y ! Vous demeurerez là trois ou quatre ans. Vous travaillerez dans le silence, puis le Seigneur fera quelque chose de vous.” »
  • 12 novembre 1919
    L’habitation de Suse est ravagée par un incendie. La communauté trouve hospitalité durant deux semaines auprès des sœurs Tertiaires Franciscaines, ensuite, à la « Maison de la Bienfaisance ».
  • 22 juillet 1922
    Teresa, avec huit autres compagnes, émet la profession religieuse privée perpétuelle et prend le nom de Tecla. La Société des Filles de Saint-Paul est née. Le même jour, le père Alberione nomme Teresa supérieure générale des Filles de Saint-Paul en la désignant sous le titre de « Prima Maestra » [Première Maîtresse, en l’honneur de Jésus Maître]. Ce sera pour un mandat de douze ans.


Les années dans la « Casa »

1922-1929

  • 4 novembre 1922
    Angela Boffi quitte la communauté des Filles de Saint-Paul.
  • 12 mars 1923
    Maestra Tecla remet la « Libreria San Paolo » [Librairie Saint-Paul] de Suse à M. Enrico Piazza.
  • 23 mars 1923
    La communauté de Suse rejoint définitivement la communauté d’Alba.
  • 1923-1924
    Maestra Tecla écrit quelques Notes sur les débuts des Filles de Saint-Paul. Plusiers articles publiés par l’Unione Cooperatori Buona Stampa (UCBS), entre juin 1923 et avril 1925, ont utilisé ses Notes.
  • 10 février 1924
    Le père Alberione fonde les « Pieuses Disciples du Divin Maître ». Maestra Tecla est leur Supérieure générale Après la promulgation du Dècret d’approbation diocésain des Filles de Saint-Paul, Maestra Tecla sera leur Supérieure générale, et cela jusqu’au 25 mars 1947.
  • 16 janvier 1926
    Un premier groupe de jeunes sœurs, guidé par Maestra Amalia Peyrolo, est envoyé à Rome. Deux jours plus tôt, deux Filles de Saint-Paul et quelques jeunes de la Société Saint-Paul avaient rejoint la capitale, accompagnés par le père Timoteo Giaccardo.
  • 20 octobre 1926
    Angela Boffi meurt. En larmes, Maestra Tecla en donne la nouvelle à une sœur en ajoutant : « Je lui dois beaucoup ! ».
  • Mai 1927
    Maestra Tecla, pour la première fois peut-être, visite la maison de Rome.
  • 30 octobre 1928
    Un groupe de sœurs et Maestra Tecla prennent l’habit religieux qui sera désormais le costume de la congrégation des Filles de Saint-Paul.
  • 5 novembre 1928
    La première maison filiale, dont la tâche spécifique est la diffusion, est ouverte à Salerne. Pendant le même mois, deux autres maisons sont ouvertes : l’une à Bari, l’autre à Vérone. Maestra Tecla accompagne les sœurs et les aide. Ce sont ses premiers « voyages apostoliques ».
  • 5 février 1929
    Elle part pour Cagliari pour aider les sœurs qui ouvrent une nouvelle maison.
  • 15 mars 1929
    Mons. Giuseppe Francesco Re érige la « Pieuse Société des Filles de Saint-Paul » en Congrégation de droit diocésain. Par le même Décret, il reconnaît Maestra Tecla en tant que Supérieure générale avec le titre de .« Prima Maestra ».
  • 19 mars 1929
    Entre les mains du Fondateur – délégué par l’évêque Mgr Giuseppe Francesco Re – et avec ses quatre conseillères, Maestra Tecla fait la profession religieuse publique et prononce ses vœux perpétuels, ce qui l’habilite à recevoir les vœux des sœurs.

Premières fondations en Italie et à l’étranger

1929-1939

  • 26 décembre 1929
    Maestra Tecla envoie une première circulaire aux communautés des Filles de Saint-Paul.
  • Juin 1931
    Elle se rend à Messine pour aider à l’ouverture de la maison.
  • 21 octobre 1931
    Première fondation à l’étranger : São Paulo (Brésil).
  • 31 décembre 1931
    À Alba, les Filles de Saint-Paul publient le premier numéro de Famiglia Cristiana [Famille chrétienne] dirigée par sœur Rosa Capra.
  • 4 février 1932
    Le Fondateur partage les biens entre la Société Saint-Paul et les Filles de Saint-Paul et leur confie des champs distincts d’apostolat.
  • 29 novembre 1932
    Maestra Tecla rédige son testament par lequel elle laisse aux Filles de Saint-Paul tout ce qu’elle a.
  • Novembre 1933
    À Alba les Filles de Saint-Paul quittent la résidence attenante à la Société Saint-Paul et déménagent au Borgo Piave, dans la maison qui deviendra la maison mère.
  • 1 janvier 1934
    Début de la publication du bulletin interne Eco di Casa Madre [Echo de la maison mère] qui porte dans toutes les communautés les écrits du Fondateur et de Maestra Tecla, ainsi que des informations sur la vie de la congrégation.

  • Novembre 1934
    Par une lettre circulaire, la Prima Maestra encourage les sœurs à collaborer à la diffusion de la « Ligue pour la lecture quotidienne de l’Évangile ».
  • Décembre 1935
    Conseillée par le Fondateur, elle établit une norme selon laquelle les sœurs doivent correspondre avec elle périodiquement : à Noël et à la fête de saint Paul.
  • 26 mars 1936
    Embarquée à Gênes sur le navire « Augustus », elle part pour son premier voyage à l’étranger : elle visitera les communautés du Brésil et de l’Argentine. Elle reviendra à Gênes le 27 août 1936.

  • 11 novembre 1936
    Maestra Tecla s’établit à Rome, la maison généralice aussi.
  • 28 janvier 1937
    Elle s’embarque sur le paquebot « Rex » pour aller visiter la communauté de New York (USA). Elle rentrera à Rome le 6 mars 1937.
  • 10 mars 1937
    Le noviciat ainsi que les cours de philosophie et de théologie quittent Alba pour Rome.
  • Avril 1937
    Sur le Bulletin Eco di Casa Madre, avec des paroles d’exhortation, Maestra Tecla communique le programme rédigé par le Fondateur pour la fondation des Sœurs de Jésus Bon Pasteur (Pastourelles).
  • 1938
    De santé délicate, elle passe une période de temps à Genzano (Rome) chez les sœurs Pastourelles qui viennent à peine d’entreprendre leur chemin.
  • Août 1938
    Elle écrit une circulaire sur l’esprit d’adaptation et d’universalité qui doit animer les sœurs.
  • 13 juin 1939
    Maestra Tecla écrit au père Alberione pour lui manifester son point de vue concernant le projet qu’il envisage : constituer « trois sections d’apostolat » (apostolat de la presse, liturgique, pastorale) en une unique congrégation, et pour lui faire savoir quelle est la situation réelle. (G. Alberione, Lettere a Maestra Tecla Merlo [LMT], Casa Generalizia FSP, Roma 1986, p. 79, lettera 53).

Sœur et mère

1939-1947

  • 9 mars 1941
    Décès d’Ettore Merlo, père de Maestra Tecla.

  • Août 1941
    Elle passe une période de réflexion et de prière à Alba (LMT 60).
  • 8 septembre 1941
    Conseillée par le Fondateur et dans le but de promouvoir un renouvellement spirituel, elle convoque les supérieures à une session extraordinaire d’Exercices spirituels.
  • 28 janvier 1942
    Elle adresse à la Congrégation des Religieux la demande d’Approbation pontificale pour les Filles de Saint-Paul et le Decretum Laudis.
  • 8 septembre 1943
    Un bombardement terrifiant frappe la ville de Grottaferrata (Rome) et touche la maison des Filles de Saint-Paul. Maestra Tecla et les sœurs qui se trouvent à l’intérieur sont sauvées miraculeusement.
  • 21 octobre 1943
    Maestra Tecla accueille à la maison généralice, la communauté des moniales Bénédictines qui, à cause de la guerre, ont dû abandonner leur monastère de Sainte-Scolastique, à Cassino. Elles resteront à Rome jusqu’au 18 août 1944.
  • 9 juillet 1945
    Elle signe la requête demandant au Saint-Siège la reconnaissance des sœurs Disciples du Divin Maître en tant qu’institut autonome.
  • 17 juillet 1945
    Elle écrit aux communautés : « Une promesse [du Fondateur] était liée à l’assistance du Seigneur sur nous et sur nos choses [durant la guerre] : l’érection d’une église en l’honneur de la Reine des Apôtres, à Rome. » Elle sollicite la collaboration de chacune pour cette construction.
  • Novembre 1945
    À cause de sa santé fragile, Maestra Tecla doit diminuer le travail.
  • 28 décembre 1945
    Avec le Fondateur, elle s’embarque à Naples sur le navire « Andrea Gritti » pour aller visiter les communautés des États-Unis. De là elle poursuit pour l’Argentine et le Brésil, puis elle repasse par les États-Unis avant de retourner à Rome le 23 mai 1946.
  • Novembre 1946
    Dans une lettre circulaire adressée à toutes les Filles de Saint-Paul, et plus spécialement aux propagandistes, elle recommande de commencer et de terminer la journée apostolique par un moment de prière centré sur l’assimilation de la Parole de Dieu. Cette forme de prière s’appelait « Itinéraire des Filles de Saint-Paul ».
  • 18 janvier 1947
    Décès de Vincenza Rolando veuve Merlo, mère de Maestra Tecla. Le même jour les Filles de Saint-Paul et la Société Saint-Paul commencent l’apostolat du cinéma.

  • 3 avril 1947
    Mgr Luigi Grassi érige la congrégation des sœurs Disciples du Divin Maître en congrégation de droit diocésain.

Élan missionnaire et voyages

1948-1957

  • 2 septembre 1948
    La Prima Maestra ouvre la maison d’Albano Laziale (Rome) destinée à être une clinique pour soigner les sœurs malades.

  • Décembre 1948
    Elle écrit une circulaire remarquable sur la pauvreté, présentée comme fondement de la vie religieuse paulinienne.
  • 3 avril 1949
    Avec le Fondateur, elle entreprend un véritable tour du monde pour visiter les communautés déjà établies en Inde, aux Philippines, au Japon, au Mexique et aux États-Unis. Elle rentrera à Rome le 24 juillet 1949.

  • 30 septembre 1949
    Elle visite les communautés présentes en France et en Espagne. Elle sera de retour à Rome le 11 octobre 1949.
  • 1950
    Premières prises de vues pour le film Mater Dei. Maestra Tecla y joue le rôle de la prophétesse Anne. Quelques sœurs collaborent comme figurantes, costumières, etc.

  • Mars 1950
    Par une lettre circulaire, elle invite les sœurs à croître dans l’esprit de simplicité et de vivacité (sveltezza) qui caractérisent l’institut.

  • 31 décembre 1951
    Elle adresse au Saint-Siège la réquête pour obtenir l’Approbation pontificale de la congrégation et l’Approbation définitive des constitutions.
  • 1952
    Maestra Tecla encourage la réalisation des courts métrages catéchistiques et soutient cette initiative en fournissant les deux tiers de la dépense requise.
  • 21 mars 1952
    Avec le Fondateur elle part visiter les communautés d’Amérique : États-Unis, Canada, Mexique, Chili, Argentine et Brésil. En Amérique Latine elle encourage particulièrement l’apostolat du cinéma. Elle rentre à Rome le 14 juin 1952.
  • 12 juillet 1952
    Elle visite les communautés de France. Elle rentre à Rome le 26 juillet.
  • 19 janvier 1953
    Mgr Giovanni Battista Montini, Secrétaire d’État, ayant reçu les scénarios des courts métrages catéchistiques, écrit au père Alberione pour le remercier.
  • 15 mars 1953
    Le Saint-Siège promulgue le Décret d’Approbation pontificale de la congrégation des Filles de Saint-Paul et en approuve les constitutions. Maestra Tecla écrit aux sœurs en exprimant sa vive reconnaissance au Seigneur.

  • 13 avril 1953
    Elle part avec le Fondateur visiter les maisons d’Orient : Japon, Philippines, Inde. À Bombay (Inde), le père Alberione tombe malade. Maestra Tecla le fait venir chez les Filles de Saint-Paul pour lui procurer les soins adéquats et faire les démarches pour qu’il puisse rentrer rapidement à Rome. Elle revient en Italie le 22 mai 1953.
  • 13 juillet 1953
    Elle part avec le Fondateur visiter les maisons des Amériques : Canada, États-Unis, Colombie, Chili, Argentine, Brésil. Elle rentre à Rome le 3 septembre 1953.
  • 5-10 septembre 1953
    Lors du deuxième Conseil national des supérieures générales tenu à Rome, Maestra Tecla est élue présidente de la FIRAS (Fédération Italienne des Religieuses dans l’Assistance Sociale).
  • 1 novembre 1953
    Elle visite les communautés de France, d’Espagne, du Portugal. Elle rentre à Rome le 18 novembre 1953.
  • 14 avril 1954
    Elle retourne en France pour une brève visite.
  • 29-30 novembre 1954
    À Rome a lieu la consécration du « Sanctuaire Marie-Reine-des-Apôtres », aujourd’hui « basilique mineure ».

  • Février 1955
    Elle invite à vivre l’année dédiée au Divin Maître par un engagement concret : la diffusion de la revue catéchistique Via, Verità e Vita.
  • 16 avril 1955
    Avec le Fondateur, elle visite les maisons de l’Orient : Philippines, Japon, Australie, Inde. Elle rentre à Rome le 2 juin 1955.
  • 13 mai 1955
    Elle accompagne les sœurs qui s’envolent vers Sidney (Australie) pour y ouvrir une nouvelle communauté.
  • 27 juillet 1955
    Elle visite les maisons d’Europe : Grande-Bretagne, France, Espagne, Portugal. Elle revient le 22 août 1955.
  • 12 septembre 1955
    Avec le père Alberione, elle visite les communautés des Amériques : États-Unis, Canada, Mexique, Colombie, Chili, Argentine, Brésil. Elle rentre à Rome le 12 décembre 1955.
  • septembre 1955
    Dès États-Unis, elle écrit pour exhorter les communautés à prier pour Così, un magazine féminin de publication imminente (décembre 1955) que lancent les Filles de Saint-Paul.
  • 25 juillet 1956
    Elle visite les maisons de Grande-Bretagne et d’Espagne. Elle rentre le 31 juillet 1956.
  • 7 janvier 1957
    Elle convoque le premier chapitre général des Filles de Saint-Paul qui sera célébré du 4 au 7 mai 1957, précédé des Exercices spirituels.
  • 23 février 1957
    Elle subit une mastectomie totale ; elle est opérée par le professeur Francesco Ojetti, chirurgien à la clinique Regina Apostolorum d’Albano Laziale.
  • 4 mai 1957
    Lors du premier chapitre général, la Prima Maestra est réélue Supérieure générale pour un nouveau mandat de douze ans.


Les dernières années

1958-1964

  • Octobre 1958
    Maestra Tecla encourage les Filles de Saint-Paul à persister dans l’apostolat cinématographique, même si certaines personnes ont de la difficulté à le comprendre.
  • 8 septembre 1959
    À Albano, le père Alberione établit la première communauté d’une nouvelle fondation : l’institut Marie-Reine-des-Apôtres (Sœurs Apostolines)
  • 14 septembre 1959
    Avec mère M. Lucia Ricci, Supérieure générale des sœurs Disciples du Divin Maître, la Prima Maestra visite les maisons des Amériques : États-Unis, Canada, Mexique, Venezuela, Colombie, Chili, Argentine et Au retour, elle s’arrête au Portugal. Elle rentre à Rome le 13 février 1960.
  • 1960
    Alors qu'elle est au Brésil, elle encourage les sœurs à commencer l’apostolat discographique.
  • 5 août 1960
    Elle visite la communauté de Londres.
  • 18 septembre 1960
    Elle visite la communauté de Madrid. Elle est de retour le 1er octobre.
  • 15 mai 1961
    À Ariccia (Rome), du 15 mai au 5 juin, Maestra Tecla participe aux Exercices spirituels de vingt jours voulu par le Fondateur pour les premières Filles de Saint-Paul et les sœurs impliquées dans le gouvernement et la formation. La prédication est assurée par le père Alberione et Don Luigi Rolfo, ssp.
  • 28 mai 1961
    Durant cette même retraite, en la fête de la Très Sainte Trinité, elle offre sa vie pour que toutes les Filles de Saint-Paul soient saintes.

  • Novembre 1961
    Elle visite les maisons du Congo. Elle rentre à Rome le 9 novembre.
  • Décembre 1961
    Elle rédige en quelques pages manuscrites ses souvenirs du père Alberione.
  • 24 janvier 1962
    Elle entreprend un dernier voyage en Orient : Inde, Philippines, Formose, Japon, Corée, Australie. Elle rentre à Rome le 19 mai 1962.
  • Mars 1962
    À Pasay City (Philippines), elle tombe malade. De Rome sœur Costantina Bignante la rejoint pour l’assister durant la fin de son voyage.
  • 5 août 1962
    Elle visite les communautés des États-Unis et du Canada. Elle rentre à Rome le 3 septembre 1962.
  • 11 octobre 1962
    Le Pape Jean XXIII ouvre le Concile Œcuménique Vatican II.
  • 8 mai 1963
    Maestra Tecla entreprend son dernier voyage à l’étranger, au Congo (aujourd’hui RDC). Elle revient, très fatiguée, le 17 mai 1963. Malgré cela, elle continue à suivre les divers engagements de la congrégation.
  • 16 juin 1963
    Elle est frappée d’un spasme cérébral et hospitalisée à Albano.
  • 17 juin 1963
    Ses trois frères : Giovanni Battista, Carlo e Don Leone Costanzo viennent la visiter.
  • 7 juillet 1963
    Quelque peu rétablie, elle retourne à Rome pour une brève visite ; elle réunit toutes les sœurs à la maison de Via Antonino Pio pour les saluer et les remercier de leurs prières pour obtenir sa guérison. Toutes sont émues par sa sérénité et son abandon en Dieu.
  • 22 août 1963
    Sa rencontre avec Paul VI – en visite à l’hôpital Regina Apostolorum (Albano L.) – lui procure une grande joie.

  • 23 septembre 1963
    En la fête de sainte Thècle, elle revient brièvement rencontrer la communauté romaine: ce sera la dernière fois.
  • 26 septembre 1963
    À Grottaferrata (Rome) elle fait une très brève visite aux supérieures des communautés d’Italie réunies en assemblée.
  • 22 novembre 1963
    Une nouvelle et plus grave attaque du mal la terrasse. Le père Alberione lui administre le sacrement des malades.

  • 5 février 1964
    Maestra Tecla meurt à Albano d’une hémorragie cérébrale. Le Fondateur l’assiste spirituellement. C’est un mercredi.
  • 7 février 1964
    Le père Alberione célèbre les funérailles à la chapelle de l’hôpital. Le corps de Maestra Tecla est ensuite transporté à Rome et exposé au Sanctuaire Marie-Reine-des-Apôtres. Les Filles de Saint-Paul et tous les membres de la Famille Paulinienne peuvent la voir pour la dernière fois.
  • 8 février 1964
    Solennelles funérailles dans le Sanctuaire Marie-Reine-des-Apôtres. Le cardinal Arcadio Larraona, préfet de la Congrégation des rites, tient l’homélie funèbre. La dépouille mortelle de Maestra Tecla est inhumée à Rome, dans le cimetière monumental du Verano (Rome).
  • 3-7 février 1967
    Exhumation du corps au cimetière du Verano pour sa translation dans la sous-crypte du Sanctuaire Marie-Reine-des-Apôtres. Le 6 février, une cérémonie solennelle a lieu au Sanctuaire. L’après-midi, des funérailles solennelles sont célébrées dans la crypte, en présence des représentants de toute la Famille Paulinienne. Le 7 février, les restes de Maestra Tecla sont déposés dans la sous-crypte du Santuaire.

Procès canoniques de la vénérable Maestra Tecla Merlo


  • 11 juillet 1967
    On demande au cardinal Arcadio Larraona, préfet de la Congrégation des rites, de commencer les « procès informatifs » concernant la Prima Maestra Tecla Merlo.

  • 15 juillet 1967
    La Congrégation des rites émet le Décret pour l’ouverture du « procès ordinaire informatif ».
  • 26 octobre 1967
    Au Vicariat de Rome, commence le « procès ordinaire » pour recueillir les témoignages et la documentation sur la renommée de sainteté, la vie, les vertus, les miracles de Maestra Tecla. Le procès se termine le 23 mars 1972.
  • 10 décembre 1967
    Au tribunal ecclésiastique d’Alba s’ouvre le « procès rogatorial ». Il se terminera le 4 mai 1971.
  • 21 octobre 1982
    Au tribunal du Vicariat de Rome s’ouvre le « procès apostolique ». Il terminera le 17 juin 1987.
  • 22 janvier 1991
    Le pape Jean-Paul II, signe le Décret par lequel il reconnaît l’héroïcité des vertus de Maestra Tecla et la proclame « vénérable ».